Catégorie : RUNNING

Grand Raid du Golf du Morbihan 2019

Même si c’est dur, même si parfois on abandonne,
on y retourne, vous vous demandez pourquoi ?
et bien voici une partie de la réponse 😉

Après 6 mois de préparation et 2450km parcouru cette année place au bilan, j’ai pris le départ de ce Grand Raid avec un sac un peu trop lourd (5.8kg) une méteo (33-34° au départ) un peu trop chaude (le départ a été décalé d’une heure du fait de la chaleur) et … des chaussettes un peu trop serrées !Sur cette édition du GR, c’était ma première fois dans le sens anti-horaire, je l’avais déjà fait 2 fois dans le sens horaires ( avec un maximum de 130 km )  d’une année sur l’autre cela peut changer. Cette année nous avons eu la partie très technique en premier ( avec un énorme escalier au     50 ème km ou je peux vous dire que tout le monde râle ! s’en suit des escaliers et des alternances de sentiers côtier / petites côté et route, pour en fin de nuit finir par de grosse portions de sentiers dans une brume épaisse.

Et là soulagement le lever de soleil, je peux vous dire qu’on en prend plein les yeux et ça fait du bien, ensuite c’est principalement que du sentiers jusqu’au bateau qui nous amène de  l’autre côté du Golf.Ici, je ne regrette pas un seul instant de ma préparation n’y de ma course même si j’ai abandonné un peu avant le 110 ème kilomètre, j’ai quand même pris du plaisir sur la première partie de course. Mentalement j’ai tout donné, mais j’ai fait des erreurs qui m’on stoppé à un moment « charnière » de la course à savoir le passage au 100 ème, j’ai forcé jusqu’au 110 mais je n’ai pas pu aller plus loin.

J’ai noté cette fois ci tout ce qui m’a posé problème pour ne pas reproduire ces erreurs, la plus importante ayant été la préparation que j’ai axé sur le double de temps ( + de 20 semaines au lieu de 12 ) et d’après ce que m’a indiqué un amis « pro » sur le sujet, j’aurai du partir sur un système pyramidal sur 12 semaines là j’ai fait l’inverse j’ai enchaîné des semaines à 100/130km et trop de distance mais pas assez de volume au final j’aurai pu arriver sur la course beaucoup plus « frais ». 
 

Côté sac, il était environ 1kg trop lourd par rapport aux autres personnes, j’ai porté des chaussettes de « contention » et .. j’ai eu le malheur de les retirer à mi course pour les changer … du coup mes pieds sont devenu très enflés, normalement j’aurai porter ce type de chaussette sur une distance maximum d’un marathon …

Pour la prochaine, cela sera donc pas de changement de chaussettes, ni de douche au 100  ème, juste une toilette de chat 🙂 et surtout pas de chaussettes de contention, par contre la contention sera sur les mollets (je validerai d’ailleurs cela l’année prochaine sur le 80km et un peu avant sur le marathon).

Bon point positif avec un sac un peu plus lourd, je n’ai pas du tout souffert côté hydratation, je n’ai jamais manqué d’eau et il m’a resté en permanence à l’arrivée des ravitaillements environ 300 à 600 ml, j’avais une poche à eau salomon dans le dos de 1.5L + 2 bidons de vélo de 650ml   ( c’est cela que je retirerai prochaine fois, je remplacerai par une flasque de 650ml ) , côté nourriture j’avais 2x 3800kcal et bien j’ai mangé les 3800 premières kcal jusqu’au 100 ème sans problème je pense qu’hormis les pieds cela m’a permis de mieux encaisser la course (pour la prochaine je pense que je passerai à 3000~3400 max), j’ai vu certains se passer des bidons et être en manque d’eau donc côté eau c’était plus bien.

Enfin dernière erreur qui m’a été je pense fatale, la première nuit, j’ai trop « bombardé » dans certains sentiers, il faisait plus frais et j’avais de bonne sensations passé le 40 ème et je pense que les chaussettes de contentions combiné à la dizaine de racine que j’ai cogné mon abîmé les pieds mais sans me faire de douleurs sur le coup, probablement à cause de l’adrénaline.

J’aurai simplement ralenti là dedans, j’aurai gagné de précieux km pour la suite en terme de fraîcheur, j’inclurai d’ailleurs cela dans ma prochaine préparation sur le travail « mental » je pense que c’es la clé ici à savoir la patience dans l’effort.

Côté sommeil , j’ai dormi 10 min la première nuit + 30 min environ au niveau du 100 ème kilomètre, pour la prochaine fois je ferais 20+20 puis 10 min sur la fin si besoin.
 
Au final c’est une belle leçon car la difficulté du GR c’est justement que plus on avance moins … il y a de difficulté ( cela semble aussi interminable entre 2 ravitaillements ). Mentalement j’ai tout donné, j’ai arrêté quand la douleur aux 2 pieds s’est propagé aux genoux pour ne pas abîmer mon corps et me dégoutter de l’ultra marathon.

Pour la suite, je repart sur une préparation marathon pour en courir un d’ici fin de l’année 1er trimestre l’année prochaine (pour étalonner mes performances pour 2021 à savoir < ou > à 3″h30 sur marathon : inf. ou sup. à 30h sur le GR).

Je serai en 2020 je serai sur le petit format du Golf à savoir le raid de 87 km histoire de me faire plaisir et reprendre confiance sur du plus court et dans 2 ans donc 2021, je remet le couvert avec une 4 ème participation au grand raid, je l’aurai un jour ! je l’aurai 😉

Voilà maintenant place à la récupération, pour 3 semaines à rien faire (côté sportif), si ce n’est quelques footings d’ici 2 semaines sur le GR34 voir si je sais toujours courir !  Merci pour vos encouragements, et merci à mes proches pour leur soutien dans toute la préparation.
 
Kennavo,